AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes en Novembre 2075
Le froid s'installe sur l'Écosse
Rapporter de nouveaux membres remporteras 100pts à votre maison !
Faites de la publicité !
Nous avons besoin de professeurs, de gryffondors
et de serpentards.
La version 2.3 est en place !
L'équipe tient à vous rappeler qu'un écart maximal de 8 ans
est autorisé entre votre personnage et la célébrité qui le représente.

Partagez|

Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité

avatar

Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Empty
MessageSujet: Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal EmptyVen 15 Aoû - 4:21


Things We Lost In The Fire
Kazahal ♦ Cassiopée
 

Après une longue absence, Cassiopée a décidé de revenir en Angleterre. Les choses n'étaient plus aussi simple au Canada et Alistair lui manquait vraiment. Au début, elle n'avait pas prévue de rester longtemps. Ne tenant pas à se retrouver une nouvelle fois sous le joug de sa mère, elle avait décidé de quitter Londres quelques jours après son arrivée, juste le temps de retrouver son frère pour ensuite repartir vers la France. Toutefois, la vie en a voulu autrement et quand St-Mangouste lui a proposé un travail stable, elle ne s'est pas sentie de refuser. Après tout elle avait fait toutes ses études pour pouvoir devenir psychomage et avec tout ses accidents, elle n'avait pas forcément eu l'occasion de pratiquer son métier comme elle le voulait. Puis qui se douterait qu'elle serait revenue à Londres ? Ce n'est pas Alistair qui allait la dénoncer à ses parents et pour le reste, ils étaient bien loin de Londres et sa frénésie. Bref, sa naïveté lui a fait croire qu'elle était en sécurité aussi près de l’œil du cyclone. Pourtant, elle aurait du se douter que ça n'aurait pas été aussi facile quand elle a appris pour toutes ses choses étranges qui commençaient à se passer un peu partout. Et encore plus après l'attaque. Elle aurait du partir loin, retrouver la France ou même visiter les pays nordique. Même son frère lui avait demandé de partir, il ne voulait pas qui lui arrive quelque chose, mais elle ne voulait pas le laisser. Têtue, elle était restée et elle avait bien l’intention d'aider.

C'est d'ailleurs dans cette optique qu'elle s'était rendue au ministère ce jour-là. Après l'attaque, il allait forcément y avoir une cellule psychologique mise en place, la terreur revenait peu à peu et il fallait quelqu'un sur qui les membres du ministère allaient pouvoir compter. Pou tenir, pour pouvoir se battre. L'anglaise voulait être cette personne, ou du moins l'une d'elle. Cassiopée a réussie à décrocher un rendez-vous avec le Ministre pour lui en parler directement, ce qui la rend plutôt fière. Pour l'occasion, elle a soignée sa tenue, un tailleur ajusté, qui mettait ses formes en valeurs, certes mais qui lui offrait aussi un air beaucoup plus mature. Il faut bien un début à tout, elle a laissé ses cheveux détachés, simplement ramené soigneusement sur son épaule gauche, comme elle le faisait souvent. Dans l'ensemble elle rendait l'image d'une jeune femme plutôt professionnelle et c'était le but, elle voulait prouver au Ministre qu'il pouvait lui faire confiance et que donc, par la même occasion il pouvait lui confier ce poste. Avant ce jour, Cassiopée n'avait jamais mit les pieds au Ministère de la Magie, elle n'en a jamais eu besoin, puisque même si son père y avait régulièrement des affaires, en tant que fille, elle n'avait rien à faire avec lui.

Et l'émerveillement fut au rendez-vous quand elle arriva dans l’atrium, c'était vraiment majestueux. Elle prit le temps de regarder autour d'elle, de détailler chaque élément qui pouvait se trouver autour d'elle. Pour une fois, elle était en avance, elle pouvait donc se permettre cette petite pause. Au bout d'un moment, elle décide tout de même de demander son chemin à un grand brun qui avait l'air d'être pressé de sortir. Tant pis, c'était le premier qu'elle avait sous la main et il n'était plus à quelques secondes près de toute façon. Elle se pare donc de son plus beau sourire alors qu'elle vient doucement taper sur son bras pour lui demander « Excusez-moi, pourriez-vous m'indiquer le chemin que je dois prendre pour trouver le Ministre s'il vous plaît ? »

© GROGGYSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar

Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Empty
MessageSujet: Re: Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal EmptyVen 15 Aoû - 14:27

Things we lost to the flames

Kazahal lève les yeux un instant sur l’arche de la salle de la mort et se surprend à penser à qui appartiennent ces voix qui semblent percer au-delà. Sont-ce ses quelques victimes ? Ses parents qui n’ont qu’une hâte, le retrouver derrière pour lui faire payer leur calvaire, lent et douloureux, dans les flammes ? Kaz sourit, ricanne presque. Le département des mystères est un bien étrange endroit et le plus dangereux du ministère. Un espace prohibé aux simple d’esprit, aux pleutres, aux supersticieux, ou aux gosses. Bien peu de gens se trouvent la patience et le mental de rester aussi longtemps dans ce genre d’endroits, certains même s’esquivent par des missions à l’extérieur, mais parmi tous ceux qui travaillent ici, Kazahal est un langue-de-plomb qui se complait dans le silence des douze salles, derrière les douze portes. Etre au coeur des secrets et des recherches de la société magique l’a bien desservi, pour lui-même, pour ses ambitions, pour son statut caché de mangemort. Leonheart a toujours un coup d’avance, même s’il n’a pas la prétention d’un legilimens, ni la sécurité d’un occlumens, il sait parfaitement ranger ses pensées et les contrôler, si bien que même ses propres commandants ne parviennent pas à lire ses pensées. Embrouiller ses amis comme ses ennemis, c’est son atout. Il n’est d’ailleurs pas devenu “savant” pour rien parmi eux, sans lui, il est certain de les voir paniquer, quoique… Ils s’auto-détruisent déjà, en un sens, et ça, il ne faut pas. Ce n’est pas à eux de décider de leur sort. Il trouve seulement amusant, ces mangemorts qui se livrent une presque guerre pour des femmes qui les combattent en vérité. Jdanov avec Lukeither nouvellement Auror, Kingsbury avec une étudiante semi-vélane, et McEwen, ah ! Si Jdanov apprenait ce que ce dangereux spécimen a bien pu faire ? Kaz ricanne une nouvelle fois. Ces idiots font le boulot des Aurors tous seuls et lui va devoir aviser et ramasser les pots cassés.

Le langue-de-plomb se lasse, pour aujourd’hui ce n’est pas son affaire et son travail est plus important. Certains de ses collègues ont complètement pété le plombs suite à l’attaque au ministère, d’autres ont été blessés ensuite au chemin de Traverse, d’autres ont été écartés suite à des missions qui ont mal tourné. L’avantage dans tout ça ? Kaz n’aura plus à voir certaines sales têtes qu’il n’a jamais supporté, ça lui fera des vacances, il laisse bien l’une de ces têtes à son frère, il sera ravi. Quoi qu’il en soit, le brun remonte enfin à la surface, pour une fois qu’il ne cherche pas à rester plus longtemps au fin fond du département de tous les secrets… C’est que l’un de ses supérieurs, au sein des masques d’argent, risque de l’appeler à tout instant et il tient à être chez lui lorsque ça arrive. Non pas qu’une entrevue entre collègues soit tellement louche au sein du ministère, mais quand bien même. Alors qu’il replace les pans de sa veste, on lui tapote l’épaule, une chose dont il a horreur et l’inconnu va vite déchanter. Sa mâchoire se serre en un rictus qui plie sa joue, un tic qu’il a depuis l’enfance et qui lui donne, paraît-il un air soit malsain, soit mauvais. Une femme, en plus de ça, qui cherche le ministre. Ce con s’est encore trouvé une guenon de coin de rue pour simuler un peu de bonheur dans son lit ? Kaz se retourne, agacé de ce contretemps, quand sa gorge se noue. Il la connaît, il la reconnaîtrait entre mille même, et pour cause, elle n’a pas changé d’un pouce. Lui est certain d’avoir changé, il est plus calme, plus réfléchi, plus réservé, il sait quand ouvrir sa gueule, et physiquement aussi, ses cheveux sont plus courts, il s’est taillé une barbe, mais les yeux ne mentent peut-être pas pour elle.

— Quelle surprise… Goldstein. Je croyais que tu évitais l’Angleterre comme la peste.

Ce n’est pas pour lui plaire, ça ne va pas l’aider dans son entreprise ça, quoi que… Il voudrait bien se livrer à un interrogatoire, l’avoir par petits piques, savoir si son incroyable fiancé l’a ramenée ici par la peau du cou à l’aide de deux gorilles, ou si elle est venue ici en connaissance de cause. Qui ignore ce qui se trame dans le pays ces temps-ci ? Ah, le Canada, ça semble tellement loin pour lui maintenant, tellement de choses se sont passées entre temps, qu’il se demande parfois si cela n’a pas eu lieu dans une autre vie. Il s’imagine déjà la tête d’Alcide lorsqu’il lui dira que cette femme en particulier est de retour au pays. Les vieilles connaissances de Kaz semblent revenir une à une, et avec elles, ses vieux démons.

— Pour voir le ministre c’est au premier niveau, plus loin, mais entre nous, un coureur de jupons pareil… Tu risques de te faire allumer. Si t’as quelques minutes, je comptais sortir fumer. Ou alors une ou deux claques suffiront et on se dit au revoir maintenant.

Il est le connard officiel pour elle, alors autant ne pas la jouer en niaserie et gentillesse abusive. Elle sait à quoi s’attendre avec lui et c’est sans doute ça le plus dangereux. Car ici, au coeur de l’Angleterre, il n’est pas certain de pouvoir assurer sa sécurité.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar

Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Empty
MessageSujet: Re: Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal EmptyVen 15 Aoû - 17:11


Things We Lost In The Fire
Kazahal ♦ Cassiopée
 

En revenant ici, elle s'attendait forcément à retrouver des têtes qu'elle connaissait déjà, logique. La plupart de ses amis ont décidés de rester à Londres après leurs sorties de Poudlard. Elle s'attendait à retrouver sa meilleure amie, son frère et nombreuses autres connaissances, mais pas lui. Non, surtout pas comme ça, par surprise, en plein milieu de l'atrium, entouré de tout ces inconnus. Quand il se tourna vers elle pour lui répondre, avec ce sourire qu'elle aurait pu reconnaître parmi la foule – Il n'y a que son abruti de frère qui sait sourire de la sorte – combien il y avait-il de chances qu'elle tombe sur lui, là, tout de suite, alors que le ministère est pleins à craquer ? Minime, on est d'accord. Et pourtant il était là. Ses yeux restaient rivés sur son visage, comme pour être sûr qu'il s’agissait bien de lui, au cas où ça aurait été une mauvaise blague. Mais apparemment, il avait l'air d'être là, en chair et en os. Toujours aussi beau. Parce qu'il fallait avouer que la première fois qu'elle l'avait vu, ce n'avait pas été sa gentillesse qui l'avait attiré. Il avait été un vrai abruti condescendant. Toutefois, la brune avait su voir quelque chose de plus en lui, la chose qui a fait que finalement ils se sont rapprochés pour devenir bien plus proches qu'ils ne l'avaient prévus tout les deux. Avant même qu'elle n'est le temps de réfléchir, sa main se lève et elle vient caresser furtivement sa joue, pour être sûre qu'il était vraiment là « Fearg? » demande-t-elle sans vraiment y croire. Elle n'arrive vraiment pas à se faire à l'idée que ce soit lui. Non, c'est impossible.

Pourtant, elle le reconnaît bien, ce regard mystérieux et ce sourire qui a de quoi vous faire froid dans le dos. Un léger rire s'échappe de ses lèvres quand il lui dit qu'il pensait qu'elle évitait l'Angleterre comme la peste. Ce n'est pas tout à fait faux, enfin ça l'était jusqu'à ce qu'elle revienne pour son frère. La plupart la prendrait certainement pour une folle s'il savait pourquoi elle était partie et aussi étrangement pourquoi elle était revenue. C'est aussi pour ça qu'elle évite d'en parler à qui que ce soit, c'est plus sûr et puis une psychomage folle, ce n'est pas vraiment vendeur. « Si tu savais » se contente-t-elle de répondre à sa remarque en se reculant un peu. Cette soudaine proximité avec lui la troublait. Plus qu'elle ne l'aurait du certainement, mais ça elle n'y pensa pas tout de suite. Bien trop occupée à accuser le coup. C'était bien Aelig qui se trouvait devant elle, différent, mais pourtant si semblable à ce qu'elle avait quitté. Étrange.

Cependant, elle ne devait pas oublier ceux pour quoi elle était ici. Ce n'était pas pour retrouver les fantômes de son passé, mais pour planifier son futur et pour se faire, elle devait voir le ministre et trouver là où il se cachait. Finalement, il décide de lui dire où se trouve son bureau. Un sourire se dessine enfin sur les lèvres de la brune, elle sait où elle doit aller, c'est déjà ça. Elle arque légèrement un sourcil quand il lui dit que c'était un coureur de jupons. Ce n'est pas une information qu'on lui a donné et de toute façon, elle ne peut pas vraiment lui être utile.. quoique s'il est trop réticent, elle saura comment le faire craquer. « Tant qu'il me donne ce que je veux, ça ne me fait pas peur. » répond-t-elle simplement. Puis elle est grande, elle sait comment se débarrasser de gars un peu trop lourdingue, même si elle n'a encore jamais essayé avec un ministre.

Il lui propose de l'accompagner fumer ou de lui mettre ses claques maintenant. La perspective est plutôt tentante, mais Cassiopée avait mûrit et elle sait très bien maintenant qu'elle ne peut plus autant se donner en spectacle si elle ne veut pas attirer toutes les attentions sur elle. « Allons fumer, pour une fois je suis en avance, autant en profiter, puis je crois que t'as des trucs à me dire toi. » dit-elle en passant devant lui pour sortir. Elle avait bien l'intention d'obtenir quelques explications sur les raisons de son départ et peut-être aussi sur tout le reste. Puis elle pouvait bien se détendre un peu aussi avant son entretien, pas qu'elle soit nerveuse – si un peu – mais elle voulait apparaître à son avantage devant le ministre. Une fois dehors, elle prend une grande inspiration, l'air frais est toujours bénéfique avant de se retourner vers Aelig. Elle n'arrive toujours pas à croire qu'il est là devant elle. La brune hésite un instant, mais cette fois-ci, il n'y a personne au alentour, donc ce n'est pas que se donner en spectacle de faire ce dont on a envie. Sa main part une nouvelle fois, mais cette fois-ci pas pour venir lui caresser la joue, mais pour le gifler. « T'es un imbécile, mais je voulais attendre de me retrouver seule avec toi pour te le dire. » dit-elle dans la foulée. « J'ai cru que tu étais mort ou pire, que tu t'étais laissé embarqué dans des affaires louches. » elle s'était vraiment inquiété pour lui quand il avait disparu. Aelig n'était pas connu pour son sens moral et elle savait très bien que sans son frère il était capable de faire les pires conneries destructrices qui existait. C'est certainement le fait qu'il laisse son frère derrière lui qui l'avait le plus intrigué. La brune le connaissait assez pour savoir que ce n'était pas quelque chose de naturel pour lui. Alors maintenant, elle a envie de savoir ce qui lui était passé par la tête à ce moment-là.

© GROGGYSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar

Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Empty
MessageSujet: Re: Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal EmptyVen 15 Aoû - 18:13

Things we lost to the flames

Fearg. Voilà un moment qu’on ne l’a pas appelé ainsi, le dernier en date, c’est son propre frère, mais il y a des semaines et des semaines de cela. Il a l’impression d’entendre un nom sorti d’outre tombe, d’être forcé d’admettre une identité qui aujourd’hui ne le dessert plus. Tout s’enchaîne un peu trop vite et avec ces perturbations surviennent les dommages colatéraux. C’est un peu ce qu’est Cassiopée. Il aurait préféré qu’elle demeure au Canada comme une gentille fille et qu’elle se contente d’y rester plutôt que de venir tenter le diable. Kazahal connaît son collègue, il aura besoin de quelques jours, au mieux quelques heures pour retrouver la trace de la jeune femme et déployer les forces nécessaires pour l’embarquer. Et Kazahal n’est pas fou, il n’ira rien dire, ni rien laisser transparaître comme deux autres jeunes fous. Les mariages arrangés ne l’ont jamais concerné et il n’a jamais cherché à savoir quel fils d’un tel, mal dégrossi et enrôlé alors qu’il a encore du lait caillé au coin de la bouche, se marie avec telle jeune fille de bonne famille pour qu’elle écarte gentiment les cuisses et ferme sa grande bouche. Non, pas en général. Tout devait être si simple ! Kazahal n’est pas vraiment ravi. A ne pas s’y méprendre, il est plutôt content de voir qu’elle tient toujours sur ses jambes, mais son retour en Angleterre n’est pas bon du tout. Ni pour elle, ni pour lui. Pour sûr, elle va lui attirer des ennuis. Pour son nom, en premier lieu, et il serre davantage les dents.

— Leonheart. Kazahal Leonheart, l’aurais-tu oublié ?

Son regard lui, veut tout dire, tant il est insistant. Si elle ne comprend pas, c’est qu’elle aura perdu toute l’intelligence dont elle a fait preuve quelques années auparavant. Elle accepte de sortir et Kaz a déjà son paquet en main. Son esprit tourne à vive allure. En temps normal, il aurait usé d’un sortilège d’oubliettes. Au fond, qu’elle l’oublie, ce qu’ils ont partagé, leur rencontre, leurs retrouvailles, ce serait plus sain pour elle, mais pour la première fois de sa vie, le langue-de-plomb ne peut s’y résoudre. Cette femme est décidément un vrai nid à problèmes. Comme il s’en est douté, la gifle fuse, et les remontrances avec. Ah, il n’est pas masochiste, mais ça lui a presque manqué, ses coups de gueule, son petit air pincé quand elle est contrariée, l’effet qu’il lui fait encore, c’est presque si à son contact il l’a encore ressenti. Le corps parle de lui-même.

— Je vois que tu as toujours la main aussi lourde très chère. Tu sais à quel point j’aime les affaires louches. Même si c’est le cas, que vas-tu faire ? Me dénoncer ? Allons, on sait toi et moi que tu ne le feras pas. Et si je suis parti sans rien dire à l’époque, n’attends pas de moi que je me livre aujourd’hui. Mes plans sont mes affaires, pas les tiennes.

Moins elle en saura, mieux elle se portera. Kaz copnnait ses convictions, il les a supportées pendant des années et elles lui sont montées à la tête, plus que Goldstein ne le croit. Finalement il se décide à allumer une cigarette et à fumer, mauvaise habitude qu’il lui a transmis, à l’époque. Il sait que têtue comme elle est, elle cherchera tout de même à savoir ce qu’il mijote, mais lui, en tout cas, ne dira rien. Si elle est si maligne, elle le découvrira bien assez tôt… En ça, son retour va faciliter une seule et unique chose, viser au centre de la cible sans efforts.

— Divergence d’opinion, Alcide ne m’aurait été d’aucun secours ici, je préfère avancer sur l’échiquier seul à présent, et crois moi, je suis à deux doigts de l’échec et mat. Mais parlons de toi, c’est ton frère qui te manquait pour que tu reviennes ? Ou tu es si gentille et serviable que tu viens aider les pauvres dingues du ministère à parler de leurs petits bobos psychologiques ? Tu as toujours été trop bonne.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar

Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Empty
MessageSujet: Re: Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal EmptyVen 15 Aoû - 18:52


Things We Lost In The Fire
Kazahal ♦ Cassiopée
 

Cassiopée arque d'avantage son sourcil quand il lui son nom, enfin celui qu'il porte désormais. Aurait-il oser tout changer ? Décidément, il est plein de surprise. Toutefois, un petit rire s'échappe de ses lèvres quand elle se rend compte de la signification de son nom de famille. Oh vraiment ? Cœur de lion ? Plutôt paradoxal pour un vrai serpentard comme lui. Il n'aurait pas pu mieux choisir. « C'est vrai, que je suis étourdie, Leonheart, ça te vas tellement bien en plus » dit-elle sarcastique. Elle allait devoir se faire à ce nouveau patronyme, mais vu le regard qu'il lui jetait, elle avait plutôt intérêt à s'y faire rapidement. C'est pourquoi elle n'insiste pas plus sur ce sujet, elle se doute qu'elle aura une autre occasion de lui en demander plus, parce qu'elle sait très bien que ça ne s'arrêtera pas là. Que maintenant qu'ils s'étaient recroisés, ils allaient forcément se revoir, pas forcément fortuitement, mais aujourd'hui en était encore la preuve, ils étaient incapables de ne pas s'attirer l'un l'autre. Un peu comme des aimants, perpétuellement en fuite. Mais ils ont beau vouloir se fuir, ils finissent toujours par se retrouver. Ils devraient apprendre à s'y faire.

La brune a accepté de sortir, du moins quelques instants. Elle a besoin d'explications, c'est certain, mais elle ne veut pas lui demander ça entouré de toutes ses oreilles indiscrètes. À la longue, elle a appris à se méfier de tout. C'est peut-être tout ce qui lui arrive depuis quelques mois qui la force à réagir ainsi. Deviendrait-elle paranoïaque ? Peut-être pas jusque là, elle est juste beaucoup plus prudente que dans le passé. Ça ne peut pas lui faire de mal. Elle était bien trop insouciante, ça lui a joué des tours. Mais chassez le naturel est il revient au galop, dès l'instant où ils sont un peu plus tranquille sa main vient rencontrer sa joue, bien plus violemment que la première fois. Elle a besoin de cette gifle pour remettre les choses à leur place. Bien entendu, cette histoire ne datte pas d'hier, mais ce n'est pas une raison.  On ne l'abandonne pas et ça vaut aussi quand l'on s'appelle Kazahal Lionheart ou même Aelig Fearg. Peu importe. La baffe lui est donc bénéfique et à lui aussi, ça lui rappel qu'on ne joue pas avec elle, ou du moins pas ce genre de jeux.

Ses lèvres se pincent, comme fidèle à lui-même, il reste muet. Il l'exaspère déjà. Elle soupire. Mais l’anglaise sait pertinemment qu'il a raison. S'il ne veut pas lui dire, elle n'a aucune raison de penser qu'elle pourra lui tirer les vers du nez. Oh bien sûr elle aurait pu essayer des techniques de psy, mais le noiraud à l'esprit bien trop tordu pour qu'elles fonctionnent. « Tu sais très bien que ce n'est pas une réponse qui va me convenir. » répond-t-elle tout de même. Elle n'a pas l'intention de garder son mécontentement pour elle. Ce n'est quand même pas compliqué de comprendre pourquoi elle veut savoir, elle a tout de même  le droit de savoir pourquoi il a disparu comme ça, du jour en lendemain sans laisser de nouvelles. Ses grands yeux bleus le scrute, dans l'espoir de découvrir quelque chose, mais il sait très bien cacher ses émotions le bougre. Elle le sait déjà. Quand il porte sa cigarette à ses lèvres, elle vient lui voler pour les porter aux siennes. Le tabac l'aidera à se vider la tête. Il ne faut pas qu'elle pense à tout ça pendant son entretien, sinon elle risque de tout louper et ça il en est hors de question. Cependant, ce n'est pas pour ça qu'elle lâchera l'affaire. Ah ça non, elle a bien l'intention de trouver ce qu'Aelig cache, peu importe le temps que ça lui prendra .

Cassie tique quand il lui parle d'Alcide. C'est étrange qu'il parle de lui de la sorte. Elle savait très bien à quel point il était attaché à son frère jumeau, elle en avait parfois fait les frais. Alors comment un attachement pareil peut-être se transformer en désintérêt total ? Qu'est-ce qui a bien pu lui arriver pour qu'il en arrive là ? Clairement, il pique sa curiosité à vif et ce n'est peut-être pas une bonne chose. Jusqu'à maintenant, Aelig Kaz' ne lui a jamais rien apporté de bon. Du moins, c'est ce que se sont toujours efforcés de lui répéter ses amis. D'après eux, il est un peu comme une drogue particulièrement toxique pour la brune. Du genre qui vous fait faire les pires conneries sans que vous puissiez vous en rendre compte. Ce n'est peut-être pas tout à fait faux, elle en a eu des ennuis quand il était dans les parages, mais elle a aussi passé de très bons moments à ses côtés et juste pour ça, elle ne peut pas tirer un simple trait sur l'irlandais. Elle se retient de lui envoyer une remarque acerbe quand il lui demande pourquoi elle est revenue en Angleterre. « Pourquoi je devrais te parler de mes plans alors qu'apparemment, toi tu n'as pas l'intention d'en faire de même ? » il allait devoir comprendre que la Cassiopée qu'il avait laissé au Canada était belle et bien morte désormais et sa naïveté aussi.

© GROGGYSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar

Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Empty
MessageSujet: Re: Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal EmptyVen 15 Aoû - 22:19

Things we lost to the flames

Cette femme est un vrai danger ambulant à elle seule, mais bon dieu, ce que Kazahal pourrait faire pour elle et ses beaux grands yeux brillants. Il n’ira jamais cracher sur ce qu’ils ont vécu et parfois il se plaît à penser que cette période de sa vie est sans doute la meilleure, c’est d’ailleurs grâce -ou à cause d’elle- qu’il en est arrivé là, à s’être remis en cause sur bien des points. Seulement, mis à part elle, personne n’a été et n’est encore aujourd’hui en mesure d’en profiter. Pourquoi ferait-il preuve de sympathie ou de confiance à n’importe qui ? Parfois il se demande si son frère lui redonnerait sa confiance sans demander réparation, il le connaît, si lui-même en est capable, Alcide ne dérogera pas à la règle. Seulement, Cassiopée a une chose qu’Alcide n’a pas : Elle est trop curieuse pour son propre bien. A ajouter à cela qu’elle est une femme et que ça fait énormément de différences. Leur relation est un peu… Spéciale. Ils se sont fait du mal comme ils se sont fait du bien, ils se sont arrachés l’un l’autre et pourtant ont fini par y trouver du plaisir. Ca rend presque Kazahal nostalgique, surtout maintenant qu’elle est là. Oui, partir était stupide, surtout que là, la jeune femme lui paraît libre, et en bonne santé. Si un de ses collègues apprend ça, il risque de bien rire, mais Cassiopée a appris au langue-de-plomb à avoir quelques principes. Et quand il prend une décision, il s’y tient.

— Pourtant c’est la seule réponse que j’ai à te donner, pour le moment.

Elle est contrariée et il le voit, pourtant il ne s’excuse pas pour autant. Baisser ne serait-ce que la tête devant cette femme et elle vous mange tout cru, or, Kazahal aime avoir le dessus, dans toutes les situations. C’est ce qui fait ce qu’il est. Elle lui pique sa cigarette, tire dessus, avant qu’il ne la reprenne. Pas d’herbe magique cette fois, il a l’impression d’avoir passé l’âge de toutes ces conneries. Oui, l’âge adulte n’a rien d’amusant… Il a l’impression d’être écrasé par des années de différence maintenant. Quel âge a t-elle aujourd’hui ? Vingt ans ? Vingt-et-un ? C’est presque s’il pourrait passer pour un vieux con avec elle, mais ça, il s’en passe bien. Cinq ans ce n’est peut-être rien finalement, mais il ne sait pas s’il pourra retenter quoi que ce soit un jour. Après tout, Cassiopée a toujours le chic de faire le premier pas, qu’elle le veuille ou pas. Elle pousse même Kazahal au vice… Alors lorsqu’elle lui dit que ce qu’elle fait ne le regarde pas, il rit, se demandant si elle est sérieuse.

— Mais moi je ne suis pas revenue me jeter dans la gueule du loup, mademoiselle. Je n’ai aucun mangemort au cul. Et pourtant Merlin sait à quel point j’ai de belles fesses. Tu vas peut-être me rire au nez ou te demander si je ne me fous pas de toi, mais je crois que c’est normal que je m’inquiète.

Il termine ca cigarette et l’écrase du bout de sa chaussure impeccablement cirée, puis repose les yeux sur elle. Oui, elle n’a pas changé, quoique son visage lui paraît plus mûr, plus sûr. Il aime ça.

— Si tu savais, Goldstein, moins de choses que tu le penses ont changé. En vérité, je ne pense pas avoir changé, pas en mal en tout cas. Mais ça, personne ne peut le voir et tu pourrais difficilement me laisser faire si tu savais. Pourtant je dois le faire, c’est tout. Tu comprendras bien assez tôt, et là, tu l’auras ton explication.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar

Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Empty
MessageSujet: Re: Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal EmptySam 16 Aoû - 4:35


Things We Lost In The Fire
Kazahal ♦ Cassiopée
 

Cassiopée soupire de nouveau quand il lui dit que c'est la seule réponse qu'elle aura. Non, sérieusement ? « Ce n'est pas grave, je n'ai pas l'intention de lâcher l'affaire aussi facilement. » rajoute-t-elle simplement. Elle ne va pas insister tout de suite, elle a compris que de toute façon, il ne lâchera rien pour l'instant et le temps tourne, elle n'aura pas forcément le temps de lui arracher l'information avant de devoir partir, alors à quoi bon. Non, elle préfère en apprendre un peu plus sur lui, sur son présent et tout le reste. Même si elle ne veut pas se l'avouer, ça lui fait plaisir de retrouver ce grand malade. Elle ne saurait pas vraiment expliquer pourquoi, ni comment, mais il lui donne une sensation de sécurité, même si c'est plutôt paradoxal quand on connaît le passé de Kaz. Mais de toute façon, Cassie n'a jamais fais les choses comme le devrait. C'est l'histoire de sa vie. Toutefois, elle voulait savoir et elle allait finir par apprendre ce qu'elle veut.

Elle lui pique sa cigarette pour pouvoir en tirer une taffe, le tabac ça à tendance à la détendre. Et avouons-le, là elle en a besoin. Comme elle pouvait s'y attendre, Kazahal – faut vraiment qu'elle se fasse à l'idée qu'il ne se fait plus appeler Aelig – essaye de savoir ce qu'elle fait de nouveau en Angleterre. Faut dire que la dernière fois où il l'a vu, elle avait bien l'intention de rester le plus loin possible de l'Angleterre. Elle voulait être sûre que sa mère ne puisse plus rien faire contre elle. Sauf qu'elle n'avait pas prévue tout ça à ce moment-là. Elle n'avait pas prévue que son frère lui manquerait énormément et surtout qu'elle serait victime de tout ces trucs là-bas. Elle ne se sentait plus en sécurité, elle avait besoin de changer d'air et l'Angleterre lui avait semblait être le seul endroit où elle pouvait se réfugier. Ce n'est pas pour ça qu'elle va tout lui dire, après tout, pourquoi elle irait tout lui dire alors que lui n'accepte même pas de dévoiler la moindre petite information. Il pense vraiment qu'il peut encore l'avoir aussi facilement ?

La brune pince à nouveau les lèvres quand il lui dit que lui n'avait pas été se jeter dans la gueule du loup. Il l'énerve. C'est la première fois qu'elle le revoit après plusieurs année et le premier truc qu'il trouve à lui claquer dans les dents, c'est les mangemorts. Enfoiré. Elle vient lui donner un coup sur l'épaule, comme signe de mécontentement. Il pourrait au moins faire des efforts.  «Ils sont partout, alors quoique je fasse, je suis dans la gueule du loup constamment depuis que j'ai dis non à ma mère. » lâche-t-elle froidement. Parce qu'après tout, à l'écouter c'est elle la petite gamine naïve, mais il n'a pas l'air de comprendre que où qu'elle aille il y a un risque pour elle. Alors pourquoi ne pas en profiter avec la seule famille qui lui reste ? Puis elle bloque un instant, revenant sur ce qu'il venait de dire . Elle n'a pas tout de suite percuté à sa dernière phrase. « Tu t'inquiètes pour moi ? » reprend-t-elle. Ça c'est clair qu'elle ne s'y attendait pas, Kaz' ne s'inquiète pour personne, c'est bien connu, alors pourquoi le ferait-il pour elle ?

Il essaye de t'embrouiller, te racontant que de toute façon quoiqu'il arrive elle ne voudrait pas savoir ce qui lui arrive  et que si jamais elle venait à le savoir elle ne voudrait pas qu'il continue. Ça ne l'étonne qu'à peine. La brune ne sait pas dans quelles histoires il a été se traîner, mais elle sait très bien que ce n'est pas quelque chose de totalement sain. Non,ça nil ne sait pas faire. Kaz à la même capacité qu'elle de s'auto-détruire, à différents niveaux, certes, mais le résultat reste le même. Mais les quelques mots qu'il a laissé échappé ne font que l'intriguer d'avantage. Elle a envie de savoir ce qu'il a bien pu faire pour changer de la sorte. « Comment je suis sensé le savoir, tu as disparu de ma vie il y a de ça plusieurs années. Je veux que tu me l'explique, toi, pas quelqu'un d'autre. Je te pensais plus sincère que ça, mais on dirait que je me suis encore trompée à ton sujet. » les derniers mots étaient sortis amer, mais c'est peut-être parce que finalement, elle aussi elle s'inquiète pour lui et qu'elle ne veut pas qui lui arrive quelque chose de mal. « Maintenant, je ne vais pas te mettre la baguette sous la gorge pour que tu m'en parle, parce qu'on sait aussi bien l'un que l'autre  que ça te ferais plus marrer qu'autre chose et que ce n'est pas vraiment le but. Juste que je pensais avoir gagné un peu de sincérité de ta part. »

© GROGGYSOUL
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar

Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Empty
MessageSujet: Re: Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal EmptyDim 17 Aoû - 18:51

Things we lost to the flames

Cassie est têtue, et ça Kazahal le sait. Elle ne lâchera pas l’affaire, mais lui non plus, c’est mieux ainsi, surtout pour elle. Elle saura tout ce qu’elle a à savoir d’ici peu de temps de toute façon. Si McEwen a ses sources, lui également, et il s’en sort très bien, bientôt, il les aura tous au creux de sa main. Il n’apprécie pas qu’elle, en revanche, n’en fasse qu’à sa tête. Il y a bien des psychomages partout dans le monde, et comme les médicomages, on en a jamais assez, alors pourquoi être revenue en Angleterre ? Il serre un peu les dents. Qui sait ce qui lui est arrivé là-bas, mais ça, qu’elle le veuille ou non, le langue-de-plomb finira également par le savoir. Mais en un sens il a presque envie de rire. Sa meilleure amie et elle sont vraiment les mêmes, pour le peu qu’elle ait parlé de Lukeither, il a bien eu son lot de rapports sur cette blonde sainte-nitouche. Elles ont le même caractère à peu de choses près, elles foncent dans le danger les yeux fermés et leur vie sociale est un vrai champ de mines. Pour autant, elles sont différentes et autant Cassie passe tout à fait, autant il a presque sainte horreur du jouet de Jdanov et McEwen. Celui-là… Il faut vraiment que Kazahal s’en méfie. Qu’il l’empêche d’agir et de croire qu’il peut tout faire. Il est certain qu’il reçoit ses ordres directement de l’Héritier, qu’il n’a jamais vu. Mais ça aussi, il le découvrira bien assez tôt.

Apparemment, Goldstein a rembarré sa mère et c’est tant mieux, il n’a jamais rencontré cette vieille bique mais il sait qu’elle est complètement folle et qu’elle se fiche bien de l’intérêt des autres, même de ses gosses. La réflexion de sang-pure, je sers mes fesses et mon nom, le reste on voit plus tard, ça donne la gerbe à Kazahal. Si elle a pris sa vie en main, c’est tant mieux, mais il y aura des conséquences. Quand elle tique sur sa dernière réplique et qu’elle lui demande s’il s’inquiète, il lève les yeux au ciel. Celle-là alors...

— T’as la mémoire courte dis donc, à croire qu’on a jamais rien fait ensemble pour qu’on en  vienne à une certaine complicité. Je suis déçu.

Elle continue sur sa lancée, avec des réprimandes, qu’elle s’est encore trompée au sujet du grand brun et qu’elle pensait qu’il serait plus sincère avec elle. Un bon truc de femmes ça. Elles essaient de vous prendre par les joyeuses et par les sentiments pour vous mettre au pied du mur et ensuite vous mettre à genoux pour vous faire culpabiliser. Il ne doute pas que sur n’importe quel type ça fonctionnerait aisément, ou sur un de ses patients, mais avec Kazahal ça ne prend pas, effectivement ça le fait même presque rire. On dirait une maman qui veut faire avouer la faute à son gamin, c’en est presque mignon. En plus, à être tenté comme ça de jouer les connards sans regrets, tu rentres vraiment dans ton rôle.

— La petite poupée Goldstein est déçue, vous m’en voyez au regret, princesse, quel sale type je suis, je devrais me flageller sur le champ et vous laisser admirer le spectacle, mademoiselle. Allez, tais-toi donc espèce d’idiote si c’est pour dire des conneries pareilles, sentiments, sincérité, bonnes manières, appelle-ça comme tu veux.

Kazahal range son paquet de cigarettes dans sa veste, qu’il repasse correctement de ses mains, puis il attrape la brune par la gorge et la plaque contre le mur d’un air très sérieux. S’il le veut, il peut aisément lui briser les cervicalles ou l’étrangler, puis faire disparaître son corps. Oui, avec une autre femme, ce serait tellement tentant. Mais c’est parce qu’il a toujours retrouvé une partie de Cassiopée en elles, ce qui l’a rendu impitoyable. Or, ici, c’est la véritable, la seule, l’unique. Alors il la fixe, de son air mauvais occasionnel puis se rapproche enfin jusqu’à poser sa main libre contre sa hanche et se coller à elle. Puis il aggripe sa nuque à la place de sa gorge et vient l’embrasser, passionnément. Ses lèvres collées aux siennes, sa langue passe aisément ses lèvres pour rencontrer celles de la jeune femme et plus le baiser devient sulfureux, plus son étreinte se gorge d’envie. Cela fait des années qu’il n’a pas ressenti ça vis-à-vis d’une femme, de l’envie, du désir, un véritable besoin physique. Puis, sentant le souffle coupé de la brune, il rompt le baiser et pose l’index contre ses lèvres, terminant par un clin-d’oeil.

— C’est la seule promesse que je peux te faire, ma jolie. Maintenant va à ton rendez-vous et n’en demande pas plus.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Empty
MessageSujet: Re: Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal Empty

Revenir en haut Aller en bas

Things We Lost In The Fire ♦ Kazahal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» Let's Do Bad Bad Things [PV Ty N. Swan]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Patracitrouilles :: 
Parlons un peu

 :: Cimetière. :: Archivage saison 1
-