AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes en Novembre 2075
Le froid s'installe sur l'Écosse
Rapporter de nouveaux membres remporteras 100pts à votre maison !
Faites de la publicité !
Nous avons besoin de professeurs, de gryffondors
et de serpentards.
La version 2.3 est en place !
L'équipe tient à vous rappeler qu'un écart maximal de 8 ans
est autorisé entre votre personnage et la célébrité qui le représente.

Partagez|

Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Garde de chasse




Gallions : 159
DC? : Myria Cameron
avatar

Garde de chasse

MessageSujet: Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger Dim 27 Sep - 16:49


Byrne Aedan Plunket

FEAT. Alexander Skarsgard

NOM(S): Plunket. Il parait que ce nom vient de la Normandie, en France. Comme quoi, mes ancêtres étaient déjà des voyageurs ♦ PRÉNOM(S): Byrne Aedan, des prénoms irlandais. J’ai vécu quelques temps en Irlande dans ma jeunesse. Je sais qu’entre ce pays et l’Angleterre y’a quelques tensions mais si vous voulez crachez du venin sur un des deux camps, c’est pas vers moi qu’il faut venir, je suis pour la paix ! ♦ AGE: 43 ans ♦ LIEU DE NAISSANCE: Newport, Pays de Galles. Connaissant la communauté avec laquelle j’ai grandi ou ma « famille » comme j’aime mieux l’appeler, on a pas dû rester beaucoup de temps dans cette ville après ma naissance. On y est retournés quelques années plus tard, alors que nous faisions voyage vers l’est du pays. La vue de la mer qui s’étend à l’horizon reste un souvenir génial. ♦ STATUT CIVIL: Veuf ♦ STATUT FINANCIER: Classe moyenne ♦ GROUPE: Personnel de Poudlard  ♦ MAISON/MÉTIER: Ancien Gryffondor, garde-chasse de l’école maintenant  ♦ STATUT DU SANG: Sang-mêlé ♦ EPOUVANTARD: un graphorn ♦ PATRONUS: Un corbeau ♦ AMORTENCIA: l’odeur du feu et de l’herbe sèche ♦ BAGUETTE MAGIQUE: Selon une vieille croyance qui se transmet notamment dans ma famille, le bois de la baguette d’un sorcier doit être choisi en fonction de sa date de naissance par rapport au calendrier celtique. Etant né le 10 juin, ma baguette est faite en bois de chêne blanc. Rigide, elle contient un crin de licorne et mesure 30 cm ♦ SORT FAVORI: Suite à un voyage dans les montagnes sans trouver un seul foutu point d’eau, aguamenti m’a sauvé la vie ! ♦ DON : Aucun en particulier

Une grande partie de ma personnalité et mes habitudes ont été forgées par ma vie de voyageur avec toute ma famille. Ayant vécu avec pleins de personnes différentes, je pense être ouvert aux autres. N’importe qui possède quelque chose à découvrir si on lui consacre un peu de temps. Ne vous fiez pas à mon apparence calme et discrète, j’apprécie de discuter et rire de choses et d'autres (pas trop personnelles, cependant). ✜ Si vous vous arrêtez devant ma porte, je vous accueillerai avec plaisir. A ce propos, ne vous attendez pas à recevoir autre chose que du thé (sauf si c’est votre anniversaire, peut-être), ce n’est pas par méchanceté, je suis simplement du genre « frugal ». Mon mode de vie a toujours été basé sur la simplicité alors je ne suis pas très friand des festins.✜ Cependant, je ne me suis pas coupé entièrement des plaisirs de la nourriture ou de la boisson. J'adore aller boire une bierraubeure aux Trois-Balais et manger des chocogrenouilles, par exemple. ✜ J’ai également hérité du côté superstitieux que tout le monde a dans ma famille. En fin d’année par exemple, je remplis des bols de lentilles que je place aux quatre coins des pièces dans ma petite maison de garde-chasse pour que d’avantage d’argent arrive sur mon compte à Gringotts durant la nouvelle année. Ça peut paraître ridicule, d’autant plus que cela n’a jamais vraiment fonctionné, mais je dois bien trouver le moyen de financer mes nombreux voyages alors…qui sait ? ✜ Le matin, sitôt réveillé, je m'empresse de vérifier qu'il n'y a pas d'oiseau qui regarde à travers la fenêtre de ma maison. Ne riez pas, c'est un très mauvais présage ! ✜ Dans le passé, j'acceptais de partir en voyage avec d'autres personnes mais il est souvent arrivé quelque chose de dangereux, alors désormais je préfère partir seul...en principe

Derrière l'écran


PSEUDO/PRENOM : No ÂGE : 23 ans COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? euuuuuh, je crois que j’ai juste tapé « forum rp harry potter » sur google et curieuse, je suis venue voir QUELQUE CHOSE A DIRE A PROPOS DU FORUM ? C’est mon premier forum HP et il a l’air génial *-* FRÉQUENCE DE CONNEXION : plusieurs fois par semaine, après pour les réponses RP le rythme risque d’être un peu plus lent MOT POUR LA FIN : Hâte de jouer mon personnage !




Dernière édition par Byrne A. Plunket le Dim 27 Sep - 20:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garde de chasse




Gallions : 159
DC? : Myria Cameron
avatar

Garde de chasse

MessageSujet: Re: Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger Dim 27 Sep - 17:02


Ma vie à Poudlard




"Les gens imaginent que l'errant va le nez au vent. Pourtant c'est avec rigueur qu'il trace sa route. Il faut de la discipline pour ne pas céder à l'envie d'une halte. Il faut de la méthode pour gagner le rythme nomade, cette cadence nécessaire à l'avancée et qui aide le marcheur à oublier sa lenteur"


Vous l’avez sûrement déjà compris, j’ai grandi dans une famille de nomades. Ou de gitans, même si ce terme sonne un peu faux…comme si on allait voler pour survivre et qu’on ne sait pas bien se tenir en société. Et dire que j’ai rencontré des membres de ma communauté qui possédaient plus de sagesse que certains sorciers ayant vécu toute leur vie dans le même patelin. L’opinion des gens est bizarre parfois…

Mon enfance a été organisée selon les voyages que nous devions faire et les lieux où il était plus agréable de s’arrêter : mer au printemps, montagne en été, campagne en automne, villes en hiver. Je suivais mes parents et les autres adultes de ma famille, d’abord installé dans notre caravane, puis marchant à leurs côtés, un sac d’affaires sur le dos. Nous ne pouvions pas utiliser les moyens habituels de déplacement dans le monde magique car nous avions trop de matériel à transporter (rien que les caravanes posaient problème) et c’était trop dangereux pour les enfants. Du coup, nous passions nos journées à marcher lorsqu’il fallait se déplacer, souvent par n’importe quel temps.

Ça peut paraître dur, mais les moments que je passe avec cette communauté sont les meilleurs. Il y a tellement de paysages à découvrir, de créatures à rencontrer, d’aventures à vivre que je ne regrette pour rien au monde d’avoir eu ce genre de vie. Je ne verrai jamais d’autres moyens pour l’humain d’être complétement libre.

Attention, cela ne signifie pas que les nomades sont des personnes qui refusent de travailler, car l’argent est indispensable, même pour des personnes comme nous. Il suffit d’adapter le travail aux conditions de vie, comme l’ont fait mes parents. Ma mère, par exemple, utilise encore aujourd’hui son don de voyance pour prédire l’avenir de ses clients. Ce sont des gens qui viennent de la région où la communauté s’est installée pour quelques temps et qu’elle ne revoit parfois plus du tout après être partie. J’ai toujours trouvé ma mère effrayante et fascinante à la fois. Il faut la voir faire une prédiction, son regard devient vitreux et sa voix n’est plus la même ! En général, elle fait son travail dans notre caravane alors je m’empresse de détaler depuis que je suis gosse. Et puis paradoxalement, je l’ai aussi souvent harcelé pour qu’elle me renseigne sur mon propre avenir. Qui allait réussir à pêcher le plus gros poisson de la rivière ? Dans quelle maison allais-je être envoyé à Poudlard ? Les ASPIC allaient-ils réellement être importants pour mon futur travail ? Mais elle n’a jamais voulu dire quoi que ce soit, ni à mon clan ni à moi, car elle disait que c’était plus sain pour une personne de ne pas savoir ce qui allait lui arriver. Quant à mon père, c’était un sorcier spécialiste des plantes. La journée, il explorait la nature à la recherche de plantes qu’il vendait ensuite auprès de la population que nous rencontrions durant nos voyages. Il faisait un drôle d’effet avec ses cheveux blonds mi- longs et son air fasciné dès que nous disions le mot « plante ». Pendant des années, ses histoires d’herbes ne m’intéressaient pas beaucoup car je préférais jouer avec les autres enfants. Ce n’est qu’une fois arrivé à Poudlard que j’ai changé d’avis et commencé à lui poser des questions à ce propos.

"C’est la vie qui nous apprend et non l’école"

Nous avions beau vivre de manière spéciale, les enfants de notre communauté devaient aussi aller à Poudlard dès onze ans. Je savais que ce jour allait arriver et lorsqu’il arriva, je n’avais franchement pas envie de partir. Qu’est-ce que la vie dans un château pouvait avoir d’intéressant ? Et dire qu’il fallait attendre d’être en troisième année pour visiter le village le plus près ! J’avais envie de demander au directeur de m’autoriser à y aller dès le début, que j’avais déjà vu bien plus de choses extraordinaires mais mes parents me déconseillèrent fortement d’agir ainsi, sous peine de faire mauvaise figure, alors je ne le fis pas. Poudlard, l’endroit où apprendre la magie ? J’avais vu mes parents l’exercer tous les jours, ils pouvaient très bien m’apprendre, non ? Se faire des amis ? J’avais déjà des amis dans les autres parties de la communauté et même si c’était vrai que je ne les voyais pas souvent, je refusais de voir l’utilité de m’en faire d’avantage. Oui, je peux être du genre têtu parfois, ça ne date pas d’hier…Mon père parvint à me réconforter un peu lorsqu’il parla du lac, de la forêt interdite et de la nature qui s’étendait à perte de vue autour de l’école tandis que nous approchions de la voie 9 ¾. Même si je ne l’avais pas montré ce jour-là, j’avais commencé à imaginer qu’il pouvait bien y avoir des choses intéressantes à vivre à Poudlard finalement…

Et il y en eut ! Mais pas tellement à l’intérieur des murs du château. Durant mes sept années de scolarité, je passais la plus grande partie de mon temps dehors à explorer le parc, la forêt interdite et même le lac. Bien sûr ce n’était pas autorisé mais je m’arrangeais la plus part du temps à passer entre les mailles du filet, en rentrant (plus ou moins) pile à l’heure du couvre-feu, par exemple. Et les études dans tout ça ? Eh bien, je dois avouer que ce n’était pas ma principale préoccupation...J’appréciais la plus part des cours, j’avais du respect pour les enseignants mais eux auraient préféré d’avantage d’implication de ma part dans les devoirs à rendre. Ce n’était pas que je voulais défier l’autorité mais je ne voyais simplement pas très bien comment nous pouvions apprendre en lisant les bouquins alors que la plus part des informations se trouvaient dehors, dans la nature, si on se donnait la peine de les chercher.

Ensuite pour parler de mon rapport aux autres élèves, je m’entendais en général bien avec eux, sans accorder d’importance à nos maisons respectives. Pour moi c’est avant tout une histoire de feeling. Mais en raison de mon irrésistible besoin de vivre à l’extérieur du château, j’avais des contacts avec mes camarades uniquement durant les cours et aux repas. Dès que quelqu’un me proposait une activité, je trouvais une excuse et m’éclipsais. Je ne connaissais aucun enfant à Poudlard qui avait grandi dans une famille de nomade aussi j’étais persuadé que les autres élèves et moi étions trop différents pour devenir amis, eux dans leur monde et moi dans le mien. J’étais loin de me douter à quel point j’avais tort…Un soir, après être sorti du dortoir pour arriver dans la salle commune des gryffondors, j’eus la surprise de découvrir que certains de mes camarades étaient alignés devant la sortie, les yeux fixés sur moi.  

"Euh…ça va les gars ? Qu’est-ce qui se passe ? » leur demandais-je, perturbé.
"Ecoute Byrne, on sait que tu passes tout ton temps dehors et on s’est dit que…peut-être tu…tu pourrais nous emmener avec toi ?"

Je soupirais, en train de chercher une excuse. En vérité, j’avais peur qu’ils apprennent pourquoi j’aimais tant rester dehors, qu’ils se moquent de la communauté ou qu’ils me traitent de fou à me promener au milieu de toutes les créatures de la forêt qui existaient. Mais pas question que j’exprime tout ça à voix haute, de quoi aurais-je eu l’air ? Ils insistèrent et me firent accepter lorsque j’entendis les mots « …et t’en connais un rayon sur les créatures magiques, ça se voit du premier coup, alors on aimerait aller les voir avec toi ». Après cette nuit, nous sommes allés explorer les alentours du château encore et encore, ce qui fit par la force des choses de nous des amis. Je découvris que les escapades pouvaient procurer un bien-être fou lorsqu’elles étaient partagées !  

"Aventure est juste un nom romantique pour problème"

Après mes études à Poudlard, je souhaitais partir à la découverte d’autres pays. Par chance, une connaissance de mon père l’informa que la « gazette du sorcier » cherchait quelqu’un pour partir à la découverte des animaux sauvages à travers le monde et écrire des articles à leur sujet. Je fus engagé et envoyé aussitôt en Suède avec Peter, un photographe, pour y étudier les trolls. Peter n’avait pas du tout le profil d’un explorateur : fin comme une brindille, maladroit, la manie de vouloir tout le temps discuter et surtout, il possédait autant de courage qu’un enfant de trois ans ! Je me demande encore aujourd’hui ce qui l’a poussé à faire un métier pareil alors que le moindre petit bruit le faisait sursauter. Peut-être s’imaginait-il pouvoir passer sa vie à photographier les fleurs ? Quoique, selon mon père même elles peuvent vous réserver des surprises…Et puis petit à petit, je me suis rendu compte que ses réflexions s’avéraient souvent justes, sans parler de ces photos d’une excellente qualité. Nous avons travaillé ensemble en Suède pendant deux ans environ, à observer des créatures toutes plus fascinantes les unes que les autres.

"Tu n’as pas besoin de quelqu’un qui te complète. Tu as seulement besoin de quelqu’un qui t’acceptera complètement"

Un jour, alors que j’avais convaincu Peter d’aller boire une bière dans l’un des pubs de la ville où nous nous étions arrêtés, j’ai rencontré Loane, la femme la plus fascinante de tous les temps. Il s’agissait d’une moldue et pourtant tout en elle semblait magique ! Elle avait un regard perçant, des cheveux dorés comme le soleil et le pouvoir de vous faire ressentir les émotions aussi puissamment que des flèches en plein cœur. Je ne la connaissais que depuis trente minutes, mais il n’en fallut pas moins pour que je ne désire qu’une chose : passer le reste de ma vie avec elle. D’accord, j’ai commencé par lui offrir un verre. Et la suite ? La suite, vous êtes assez grands pour la deviner.

Peu de temps après, le travail pour le journal ne m’intéressait plus tant que ça et je donnais ma démission. Quant à Peter, il repartit pour Londres. Je me suis d’abord installé quelques temps chez Loane où nous avons vécu de manière très modeste avec son petit salaire de pâtissière (mais en profitant de ses délicieux muffins à la courge !). Quant à moi, eh bien il était difficile de trouver un travail dans un monde où on a pas besoin de baguette magique. Pour occuper mon temps, je partais à la découverte de la ville et discutais avec les gens, ce qui me permit d’apprendre la vie des moldus, faisant mine d’être un simple touriste. Si cette occupation me procurait beaucoup de plaisir, Loane ne voyait pas tout à fait les choses de la même manière. Elle ne comprenait pas pourquoi je ne cherchais pas de « vrai travail » et ne savais, évidemment, rien de ma nature de sorcier. Depuis le début de notre relation, j’avais pris soin de cacher ma baguette magique et ne jamais faire allusion à la magie. En vérité, je n’avais fait que repousser le moment où j’allais devoir tout lui dire, m’enfonçant toujours plus dans le mensonge. Cela ne me plaisait pas bien sûr, mais il est déjà arrivé que des sorciers soient brûlés par des moldus en raison de leur nature et même si cela s’était passé au Moyen Age, je ne voyais pas pourquoi les choses étaient différentes à l’époque…Comment Loane allait-elle bien pouvoir réagir en apprenant que j’étais différent ? Un soir, alors que nous nous disputions, je lui ai tout avoué et pour résumer les choses, elle m’a cru. Ce fut aussi simple que ça.

Maintenant que je n’avais plus de secrets pour elle, rien ne pouvait gâcher notre bonheur. Je vivais parmi les moldus, sans savoir combien de temps exactement, mais cela ne me dérangeait absolument pas. Je gardais tout de même un lien avec mes parents grâce au courrier qu’on s’envoyait. Et trois ans plus tard, Bjorn vint agrandir la famille. Notre premier enfant ! Naturellement, une des premières questions qui me vinrent en tête fut de savoir s’il allait devenir un sorcier mais…nous ne l’avons jamais su.

"Il est des douleurs sans larmes qui ne deviennent jamais douces, et dont le souvenir conserve toujours son amertume et son horreur, car la mort nous frappe autre part que l'amour"

Un jour, ma mère m’informa que mon père allait très mal alors je me suis empressé de retourner au Royaume-Uni, où la communauté séjournait à ce moment. Durant les préparatifs du voyage, j’étais tellement paniqué que je me souviens avoir rapidement dit à Loane de nous rejoindre dès qu’elle le pourrait avec Bjorn. Si j’avais su ce qui allait se passer, les choses auraient pu être complétement différentes ! Mais la vie vous réserve parfois des surprises de bien mauvais goût…Loane et Bjorn ont eu un accident avec l’avion pour le Royaume-Uni et sont morts lorsque l’engin s’est écrasé. Quant à mon père, il est décédé à son tour quelques jours plus tard.

"Pourquoi tu n’as rien dit ? Ne prétends pas que tu ne savais rien ! A quoi sert le don de voir l’avenir si les malheurs ne peuvent pas être empêchés ?!"
"Byrne, arrête ! Tu ne sais plus ce que tu dis ! Je te jure que je n’ai rien vu, sinon j’aurais été veiller sur eux moi-même"
"A quoi ça sert…j’aurais dû…pourquoi il a fallu que eux aussi…"

Je parle mais mes paroles au milieu des pleurs ne veulent plus rien dire. Ma mère, déchirée elle aussi par la tristesse, essaie de me raisonner. Les cris viennent par vagues, ils se calment et reprennent de plus belle. Cette dispute me revient souvent en tête, c’était la première fois que nous étions hors de nous ainsi. Il y en eut malheureusement beaucoup d’autres, par la suite, car je n’ai jamais vraiment accepté que les visions de ma mère ne nous aient pas aidées à ce moment-là.  

Peu de temps après cet épisode tragique, Peter, qui travaillait toujours pour la « gazette du sorcier », me proposa de l’accompagner dans une exploration des Alpes françaises qu’il devait réaliser pour le journal. Ma mère, persuadée que cela pouvait me changer les idées, me convainquit d’y aller.

Afin de voir le maximum de créatures magiques, nous avions fait le voyage à travers les montagnes à pieds avec un guide qui savait les repérer. Un jour, le guide nous avertit que la zone dans laquelle nous marchions était appréciée des graphorns et qu’il allait falloir régulièrement se cacher. Ces créatures ressemblent plus ou moins à de grands sangliers violets-gris et ils ont la fâcheuse tendance à foncer sur tout ce qui représente un danger pour eux. Quelques minutes plus tard, nous sommes arrivés sur un plateau de rochers où justement deux graphorns étaient en train de se battre. Ils poussaient de grands cris féroces qui me donnèrent l’impression que mon cœur avait cessé de battre. Mais au lieu de me cacher, comme Peter et le guide venaient de faire, je commençais à m’approcher. Ils étaient si fascinants, je n’arrivais pas à détacher mon regard. Jusqu’où allais-je pouvoir aller avant qu’ils ne se rendent compte de ma présence ? Et ensuite, qu’allaient-ils faire ? Le guide et Peter devaient sûrement essayer de m’appeler, mais de toute manière je n’écoutais plus rien. Encore un peu plus près…Si je recevais un coup, allais-je m’en sortir ? Si non, cela voudrait dire que je pourrais rejoindre mon père, Loane et Bjorn. Rien ne m’aurait fait plus plaisir en cet instant.

Le destin, encore une fois, en décida autrement. Un des graphorns qui agitait sa queue d’un air énervé me donna un coup dans le ventre. Je perdis conscience et la suite, je la connais uniquement grâce au récit de Peter. Propulsé dans les airs, j’atterris au sol deux mètres plus loin. Par chance, suffisamment près du guide et de mon ami qui purent alors me tirer derrière les rochers et me transporter en quatrième vitesse vers un portoloin à n’utiliser qu’en cas d’urgence. Mon voyage se termina à l’hôpital de la ville la plus proche.

Après l’épisode des montagnes françaises, je me suis rendu compte que les voyages n’étaient probablement pas ce qui me convenait le mieux pour le moment c’est pourquoi j’ai décidé de passer quelques temps dans ma famille. Mes proches m’accueillirent dans la communauté, comme ils l’avaient toujours fait mais je voyais bien qu’ils avaient peur de moi ou plutôt pour ma santé mentale…et je dois dire que moi aussi. Je ne me reconnaissais plus, je ne savais plus ce que je voulais faire de ma vie. J’avais demandé à ma mère de garder ma baguette magique, pour plus de sûreté, même si je doutais d’avoir suffisamment de courage pour faire à nouveau quelque chose d’insensé.

"Quand on ne peut revenir en arrière, on ne doit que se préoccuper de la meilleure manière d’aller de l’avant"


Un jour, je vis une annonce dans la gazette du sorcier qui disait que Poudlard avait besoin d’un garde-chasse « avec expérience auprès des créatures magiques ». Pas pour longtemps, seulement quelques mois. Je me suis présenté au château, dans l’idée d’obtenir un peu d’argent en prévision d’éventuels projets pour la suite, et voilà qu’aujourd’hui je suis encore dans cette école à cultiver des courges et m’assurer que les sortilèges de protection soient encore actifs.

Même si les directeurs changent, si les élèves auxquels on s’attache finissent par partir, même s’il se passe parfois des choses inquiétantes, même si je ressens encore de la tristesse pour ce qui est arrivé à ma famille dix-huit ans plus tard, Poudlard est devenue ma bouée de sauvetage. Je ne me vois absolument pas quitter mon poste de garde-chasse, c’est ce qui me permet d’être heureux quand l’automne revient, synonyme d’une nouvelle année dans cette école.




Dernière édition par Byrne A. Plunket le Dim 27 Sep - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dixième année en justice magique
Loup-garou



Gallions : 138
DC? : Shannon Harrison/ Astrid Meether/
avatar

Dixième année en justice magiqueLoup-garou

MessageSujet: Re: Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger Dim 27 Sep - 17:20


Bienvenue sur Patracitrouilles !

Merci pour ton inscription !


Afin d'avoir toutes les cartes en mains pour faire ta fiche, il faudra jeter un oeil au contexte de la saison 2, mais tu devras également prendre en considération le contexte général du forum, bien que ce dernier débute il y a cinq ans.

Evidemment il ne faut pas oublier les règles ainsi que toutes les annexes indispensables pour évoluer sur le forum et connaître la chronologie générale et celle de Poudlard, les métiers encore libres, les familles de sang pur disponibles etc.

Avez-vous eu la chance de voir tout nos magnifiques postes vacants ? Sérieusement, nous avons eu du plaisir à vous créer toute une panoplie de personnages tous plus différents les uns des autres. Ils sont tous uniques, et un petit plus, en choisissant un personnage vacant, vous êtes déjà assuré d'avoir un rôle dans nos intrigues. Pas que les personnages inventés n'en ont pas, mais chaque personnage présent dans notre liste de poste vacant on été vu en fonction de les intégrés dans nos intrigues futures en fonction de certains caractéristiques que nous avons pré-établis chez chacun. Toutefois, s'ils ne vous intéressent pas, n'hésitez pas à créer votre propre personnage. Pour se faire, n'oubliez pas de consulter le bottin des avatars afin de vous aider à faire votre choix ^^

N'oubliez pas non plus de vous assurer que le métier ou la place de joueur de Quidditch et préfet n'est pas déjà prise. Vous pouvez églement postuler pour être enseignmant, dnas un tel cas, passez par ici pour voir les postes disponibles. Si vous avez de l'ambition et désirez devenir directeur de maison ou responsable de cursus, faudra également vous assurer que les places sont disponibles.

Si tu as des questions nous sommes disponibles pour y répondre.

Bon courage pour ta fiche !

Le staff de Patracitrouilles qui t'aime déjà! ♥

© Patracitrouilles est la propriété de Gwenlan & Meblang. Toute reproduction totale ou partielle est interdite.




_________________
Oh, what a day, what a lovely day
As the world fell, each of us in our own way was broken. It was hard to know who was more crazy...©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garde de chasse




Gallions : 159
DC? : Myria Cameron
avatar

Garde de chasse

MessageSujet: Re: Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger Dim 27 Sep - 17:47

Merci beaucoup ! J'avais lu tout ça y'a un petit moment déjà, mais un rappel ne fait jamais de mal.
Désolée d'avance pour ceux qui n'aiment pas les longues fiches de présentation, je me suis laissée emporter par l'histoire du personnage Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Étudiant de septième année
Capitaine et attrapeur

Gallions : 87
DC? : /
avatar

Étudiant de septième annéeCapitaine et attrapeur

MessageSujet: Re: Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger Dim 27 Sep - 20:44

Bienvenue parmi nous :DD
J'espère que tu te plairas ici ! J'avoue avoir eu la flemme de lire ton histoire (ce qui est un comble quand on voit la mienne xDD) mais je me rattraperai à l'occasion parce que j'ai très envie d'en apprendre plus sur ton personnage **

_________________
Where did I go wrong ?
Sometimes I think I'm crazy cause I see things so differently than anybody else...•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garde de chasse




Gallions : 159
DC? : Myria Cameron
avatar

Garde de chasse

MessageSujet: Re: Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger Dim 27 Sep - 21:20

Je te remercie jeune homme ! =)
J'avoue que quand j'ai vu par hasard ta propre histoire (que j'ai eu la flemme de lire, on est quittes) je me suis dit "c'est bon je suis pas la seule" xDD Ca me fait plaisir de savoir que Byrne a éveillé ton intérêt *-* N'hésite pas si tu as des questions.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger Lun 28 Sep - 10:06

Bienvenue parmi nous :hihihi:
(Alexander )
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger Lun 28 Sep - 11:38

bienvenue parmi nous (=
Revenir en haut Aller en bas

Dixième année en recherches
Préfet-en-chef



Gallions : 588
DC? : v.e. norgarstein / j.c.foster
avatar

Dixième année en recherchesPréfet-en-chef

MessageSujet: Re: Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger Lun 28 Sep - 16:32

Omg ! J'adore ce pvs !!
Bienvenue sur le forum et au plaisir de rp avec toi !

_________________
i can't live in the past

⋆ Some people are just born to fight, I think.


it’s not that they’re born brave. it’s not that they’re born strong. it’s just that the universe has decided that this one, this one will have grit and fire and steel in their blood. and it’ll be tested, this cosmic mettle of theirs. they’ll face trial after trial, be broken and damaged in countless ways.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chapeau du savoir
& de la répartition



Gallions : 428
avatar

Chapeau du savoir& de la répartition

MessageSujet: Re: Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger Lun 28 Sep - 17:46


Félicitation !

Tu es désormais validé


J'ai beaucoup aimé ton histoire et ta façon d'écrire ♥

Tu travailles désormais pour Poudlard en tant que garde chasse. On t'admet donc dans le groupe du personnel/. Grâce à toi, l'économie sorcière roulera un peu mieux. Il n'en revient qu'à toi de t'impliquer dans le monde magique qui t'entoure, et, espérons que tu feras le bon choix dans tes relations intimes et professionnelles.

N'oublie pas de compléter ton profil si cela n'est pas fait. Il te faut aussi passer au grimoire des avatars pour référencer ta célébrité. Il te faudra également faire tes demandes afin qu'on n'oublie pas de t'ajouter dans tous les registres. Passe donc par ici pour le faire.

Il te faudra des liens afin de bien développer ton personnage en tant qu'individu. Pour ce faire, nous vous conseillons d'aller vous créer une fiche de lien. Afin de jouer, il te sera peut-être utile de te créer  un répertoire à rp. Ainsi, les autres joueurs pourront venir te demander un petit rp. Et si tes amis ne peuvent pas te voir, tu peux ouvrir une boîte aux lettres afin de garder contact avec tout le monde. Attention aux beuglantes ! Finalement, nous te demandons de bien vouloir ouvrir un journal de bord. Il d'agit d'un sujet t'appartenant entièrement où il sera facile pour tout le monde de suivre l'évolution de ton personnage. Avec qui il est sorti, s'il a récemment rompu. Avec qui est-il actuellement en mauvais terme. Les choses importantes qui ont évoluées dans sa vie récemment. Nous évitons ainsi de reprendre les présentations à chaque fois, et c'est bien pratique pour avoir une vue d'ensemble sur un personnage de manière rapide !

 Tu peux aussi voter pour le forum par ici. Tu gagneras ainsi des points que tu pourras donner à ta maison ou ton ancienne maison tout en suivant son évolution.

 Si tu as des questions nous sommes disponibles pour y répondre.


 Le staff de Patracitrouilles qui t'aime encore plus et qui a hâte de rp avec toi !


© Patracitrouilles est la propriété de Gwenlan & Meblang. Toute reproduction totale ou partielle est interdite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garde de chasse




Gallions : 159
DC? : Myria Cameron
avatar

Garde de chasse

MessageSujet: Re: Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger Mar 29 Sep - 10:16

Un grand merci à vous tous, vous êtes adorables :love:
J'ai hâte de vous rencontrer en RP aussi !

Ky: ça fait toujours plaisir de voir quelqu'un qui partage le même avis sur Alexander *v*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger

Revenir en haut Aller en bas

Byrne Plunket | What doesn't kill you makes you stronger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» what doesn't kill you makes you stronger
» What does not kill me makes me stronger - Hippo
» what didn't kill us made us stronger.
» What doesn't kill you make you stronger + Octavia
» Born to kill all lives...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Patracitrouilles :: 
Généralités RP

 :: La cérémonie du Choixpeau magique :: Sorciers en liberté
-